Le procès d’une insurrection d’esclaves en 1811 à la Réunion : entre droit de l’Ancien Régime et droit colonial révolutionnaire (S. Fuma)

L’insurrection des esclaves de Saint-Leu, en 1811, est un événement politique de la plus haute importance dans l’histoire de l’Île Bourbon (Île de La Réunion), alors petite colonie française dans l’océan Indien. Pendant longtemps occultée, cette histoire est l’objet aujourd’hui de recherches, de débats, de commémorations. La révolte d’esclaves se déroule pendant la période d’occupation britannique de l’Île, après le débarquement des militaires anglais, en 1810. La nouvelle administration britannique est placée sous les ordres de Farquhar, gouverneur général dont le siège du commandement est situé à l’Île Maurice, ancienne Île de France. Bien que considérée comme une «insurrection insignifiante » par les Anglais qui avaient dû gérer des
situations difficiles à Saint-Domingue, l’insurrection des esclaves de Saint-Leu traumatise les colons français de l’océan Indien qui deviennent provisoirement des sujets britanniques, ayant prêté serment de fidélité au Roi d’Angleterre. Il y aura donc un procès judiciaire, unique par le nombre d’accusés mis en cause et par les
sentences prises à l’occasion de cet événement. Comment se déroule ce procès ? Quelles sont les motivations des juges et sur quelles preuves s’appuient-ils pour condamner les accusés ?

L’article complet :

Télécharger le PDF

s.fuma

Source : http://www.cresoi.fr/Un-article-de-Sudel-Fuma