[AGENDA] PARIS 02/12/2017 : La Réunion, années 1963-2017 : de l’émigration forcée à l’émigration choisie ?

Projection-débat le 02 décembre 2017 à la Sorbonne.
Thèmes abordés : Le BUMIDOM, la déportation des réunionnais dans les régions rurales de l’hexagone (affaire des « Réunionnais de la Creuse »), et la « mobilité » aujourd’hui.
Événement Facebook : https://www.facebook.com/events/2027620277453630/

Réservation gratuite et obligatoire : histoire.reunion@gmail.com

Début à 15h.
Université Paris Sorbonne, 17 rue de la sorbonne 75005 Paris
Organisé par « Histoire Réunion » (www.histoire-reunion.re) en partenariat avec ADEAS (Association des Étudiant.e.s Africain.e.s de la Sorbonne)
Programme :
– Projection du film : “Rassine Monmon, Papa. Tome 1: Ce passé Qui Ne Passe Pas !” (1h22), en présence du réalisateur Michael Gence.
Bande annonce du film : https://vimeo.com/132091568
Résumé :
1963, le tout jeune département français de la Réunion atteint les 400 000 habitants, dont la moitié a moins de 20 ans. 1963, encore, Michel Debré (ancien 1er ministre de DeGaulle) devient député de La Réunion et entame une politique démographique qui va du contrôle des naissances à «l’exportation » en France d’un grand nombre de jeunes réunionnais, voire des enfants, se servant d’institutions telles que l’armée, la fonction publique et les organismes sociaux. Pour cela, il crée le Bureau pour le développement des migrations intéressant les départements d’outre-mer (le Bumidom).
Michael Gence est allé à la rencontre de plusieurs de ces migrants qui, comme ses parents, ont franchi l’océan sous l’impulsion de l’état français. Ce 1er tome pose le contexte dans lequel ses parents ont « désoté la mer» pour un aller sans retour pour l’hexagone, à la fin des années 60.
L’histoire de toute une jeunesse réunionnaise déboussolée, à qui on a séché tout espoir de développement au pays natal, vécue comme une promotion sociale, pour quelques uns, et pour de nombreux autres, comme un exil.
Dominique Foucher (anciennement Marie-Thérèse Gasp) est arrivée dans la Creuse en 1966, à l’âge de 3 ans. Elle fait partie des 2150 enfants réunionnais qui ont été enlevés et « transférés » dans des régions rurales de France (affaire des « Réunionnais de la Creuse »). Elle partagera avec nous son témoignage.
– Intervention de Lucette Labache, sociologue réunionnaise
Lucette Labache a travaillé autour des questions de la migration et de l’identité des réunionnais.
Nous reviendrons avec elle sur le contexte socio-politique des années 60-70 où les premières mesures d’incitation au départ ont été mises en place à la Réunion. Nous discuterons aussi des métamorphoses du phénomène migratoire vers l’hexagone au cours des dernières décennies, le concept de « mobilité », et ses enjeux.
– Débat avec le public.